Le Casino Jetée-Promenade

Publié le par Objectif Sud

Casino-Jetee-Promenade.jpg

Regardez bien cette photo !  ... y'a rien qui vous choque ?  nan ? vraiment ? Regardez le ponton sur la gauche ... il est VIDE ! Complètement vide. Et c'est pô normal.

Quand j'étais petit, je pensais que leur solarium était drôlement mal fichu ! C'est qu'en fait, il manque un batiment : le casino Jetée-Promenade que l'on ne peut qu'évoquer avec un savant mélange de respect et de rire.




D'abord le rire :  à la fin du XIXème siècle, les riches anglais qui avaient les moyens de venir promener leurs peaux de zibeline au soleil ne savaient pas quoi faire de leurs journées. Des fois, c'est à se demander comment ils font pour l'être (riche) à force que ne rien faire ! (c'est peut-être ça le secret, remarquez !). Oui, le riche s'ennuie. Les vacances sont agréables mais sans plus. Alors le riche végète, il lui faut un petit remontant.
Le Casino Jetée-Promenade aura donc pour vocation de faire passer le temps aux visons cousus-mains. L'architecte, lui, est un poète mais ne sera pas l'esclave d'un seul style : le résultat ressemble un peu à un grand n'importe quoi : des styles mélangés, du décor surchargé, une coupole, des tours, bref un merdier sans nom que les niçois de l'époque n'ont guère apprécié. Force est de constater que 120 ans après, il avait  d'la tronche !

Ensuite le respect : Si le motif prête à sourire, le complexe ainsi conçu est une réussite. Après un 1er essai en 1883 parti en fumée juste avant l'inauguration (je sais, c'est  balot ...) c'est en 1891 que les touristes de haut vol peuvent profiter d'un temple du divertissement sur pilotis fait d'acier, de bois et de verre ! Ex-cep-tio-nnel ! Casino, salle de théatre et restaurant dans le creux de la Baie des Anges ! Si c'est pas la classe ça !
Malheureusement, les allemands de 1944, eux, ne venaient pas pour grignoter une bagna caouda en misant sur le 8 rouge pair et manque. Le Gouvernement de Vichy a fondu l'acier pour faire des canons ...

triste fin

Publié dans Nice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article