Du pain et des Hommes

Publié le par Objectif Sud

Image Hosted by ImageShack.usNon, vous ne rêvez pas, j'ai bien osé mettre en ligne la photo d'une tranche de pain !

C'est en fait un pretexte pour vous raconter une jolie petite histoire aussi simple qu'un bout de pain.

La semaine dernière, notre petit (grand bonhomme) a eu six ans dans les vapeurs de chips et de Champomy.





Les cadeaux distillés tout au long de la journée se sont achevés le soir par un petit paquet oblong et mou : un pain aux raisins ... Sur le coup, notre roi de la fête a cru à une blague (d'autant que le père noël avait déjà emmené un poireau à son grand-père !). Il s'est demandé pendant quelques secondes de quel cerveau dérangé venait cette idée puis compris d'un coup que c'est parce qu'il adorait ce pain là !

Mais l'histoire ne s'arrête pas là. Deux jours plus tard, il se fige, les bras ballants, la tête penchée et le regard vers le plafond (en pleine inspiration) et nous dit : Finalement, c'était une trop bonne idée de cadeau, le pain !

Et bien mes amis, cette petite réflexion qui n'a l'air de rien et cette tranche de pain sont les deux nourritures primordiales :
Car comme le pain est la base ancestrale de l'alimentation dans toutes les cultures du monde (qu'il soit confectionné de blé, de riz ou de sorgho), le geste envers l'autre est la base de toutes les relations sociales.
Comprendre spontanément qu'un cadeau, quel qu'il soit, doit faire plaisir, moi, je dis : "chapeau". Dire qu'il faut avoir six ans pour avoir conscience de la simplicité du "geste", de son importance aussi, parce que ce geste est le lien entre les individus et que l'organisation sociale de notre société dépend de la qualité des gestes que nous faisons tous les jours les uns pour les autres.

Vous voyez bien que cette tranche de pain est moins anodine que prévue !

Publié dans Humeur

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
très belle histoire et belle démonstration sue l'Homme (le petit homme en l'occurence) est encore capable d'apprécier les choses simple. c'est à nous, parents, d'apprendre aux enfants ces douces réalités de la vie...
Répondre
M
Souvent on oublie que dans l'acte d'"offrir" c'est le geste qui compte, l'objet n'est là que pour symboliser l'acte. Il perdure, par sa matérialité, une chose abstraite. Je dirai même plus : Il n'a vraiment de valeur que si le receveur l'accepte puis le rend (le geste bien sûr, à travers un autre objet). Ainsi la boucle est bouclée, le service est rendu et l'affection partagée.
Répondre
A
Il est vrai que le geste est important, mais que doit on penser des pères qui offrent des machines à pain, des aspirateurs et autres yaourtières pour la fête des mères ?...
Répondre
R
Je reviens de l'article sur les sans logis et je lis cette bien belle histoire sur ta tranche te pain et hélas je repense à une histoire bien moins drôle qu'il est arrivé à la belle mère de ma soeur. En arrivant à la boulangerie, une dame faisait la manche car elle avait peu de moyen : et oui même dans les petites villes pas très riche on a aussi nos pauvres ! La belle maman entre dans la boulangie, achete son pain plus une baguette supplémentaire elle resort et propose la baguette à la dame qui lui a répondu : je n'en veux pas de ton pain moi je veux du fric ! Pour le coup la belle maman a repris sa baguette et c'est juré de ne plus offrir de pain...
Répondre