Peillon

Publié le par Objectif Sud

Peillon, c'est simple comme bonjour : prenez votre voiture, roulez une petite vingtaine de minutes au départ de Nice et  dites vous qu'il y a des vrais gens qui habitent là, pendant que vous courrez par tout, tous les jours ...

Peillon est ce qu'on appelle un "village perché". Très perché alors ! il domine la vallée du Paillon (le Fleuve-torrent qui traverse Nice) et l'oliveraie dont il est entourée lui offre un écrin natuel. Quand l'été n'est pas encore là, les villages sont d'un calme incroyable. Quelques promeneurs, deux ou trois enfants qui jouent, une dame qui étend don linge, et c'est tout. Ah non, un groupe de jeunes retraités randonneurs pique-niquaient non loin de l'église. Nous n'avons pas hésité à quémander un petit conseil pour la rando que nous apprétions à entamer. Aille ! Ouille ! "Non, mais là, il est déjà midi, vous ne pouvez pas faire de rando maintenant, c'est beaucoup trop tard ! non, là, on peut vous conseiller une petite ballade d'1/2 heure, mais pas plus  ; il n'y aura rien d'autre à faire. Et puis d'abord, ne partez pas comme ça ! il faut un pull !"
Bref, on est repassés à la voiture prendre les chaussures de rando, le pique nique et un pull et on a marché 5h !
Moi, je veux bien qu'on fasse bosser les séniors plus longtemps mais encore faut-il qu'ils soient en état de marche ...

Nous avons quand même pris le temps de visiter le village aux ruelles étroites et fraiches, faites de voûtes, d'escaliers en pierre de taille, et un peu partout, des plantes et des chats prennent le soleil. J'aime Peillon. Prenez le temps de venir y respirer.

Et pour finir, l'anecdote qui va bien (ou bien deux) :

1) à l'entrée du village, des toilettes publiques permettent aux visiteurs de rester civilisés. En refermant la porte derrière moi, je m'aperçois qu'elle est dépourvue de poignée et qu'elle vient de claquer. Réprimant l'envie immédiate de pleurer, je m'arme de mon trousseau de clef et réussis à faire tourner le petit barillet carré censé recevoir lesdites poignées. Là, je sors. Avec fierté, il faut le dire. Le temps de narrer mon aventure à mes compagnons, qu'un autre visiteur se fait piéger et loue les vertus de ses clefs, lui aussi. De passage, un employé municipal, factotum-jardinier de son état, nous explique que oui, les gamins volent les poignées et même une fois la cuvette ! Ce gentil garçon n'a pas mis plus de 10 minutes pour aller chercher sa voiture-atelier et réparer la "panne". Pour un village tranquille, ...

2) au même endroit, deux petits enfants du village, 4 et 6 ans au garrot sont venus nous vendre du thym (le même qui pousse par brassées à quelques dizaines de mètres de là). Parés de leur affichette : thym : 0,50 cts ornée d'un joli dessin. Alors on a joué aux touristes et on est repartis avec notre bouquet.



Image Hosted by ImageShack.us

Publié dans Villages perchés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
bon... là y'en a marre...
c'est bien beau de nous mettre l'eau à la bouche avec des photos de ta régions, plus belles les unes que les autres...
mais quand est-ce que tu nous invites ?
eh eh !
Répondre
O

Je te servirai de guide avec plaisir !!!


B
Je note dans mon carnet de route pour les vacances Peillon Merci .
Répondre
O

et bien, de rien, il faut partager les bonnes idées !


M
Un récit fort sympathique tout autant que semble l'être ce village haut perché !
Merci et au plaisir
Répondre
O

Merci à vous !